Revenir à l'accueil - Plan du site
© 2014 Sylvain Tournois, tous droits réservés.

Sources d'inspiration : les matrices



"En voyageant un petit peu en dehors de sa bulle, on rencontre dans l'univers des milliards de milliards de peuples à côté desquels le peuple terrien ressemble à un joyeux groupe de touristes." - Jean-René Dupond



Je vous présente ici les bases des modèles de matrices que vous rencontrerez dans le jeu.
Elles ressemblent à celle de "Matrix", mais sans pousser autant le développement de la simulation "guerre hommes/machines".

Voici quelques images que j'ai composées pour représenter des matrices avec deux êtres fournisseurs d'énergie.



matrice avec deux etres

8

schema de matrice M2E

8

adA M Eve

8

matrices voisines

8

OHO, forme d'eau

__________________________1) Glossaire__________________________


M1E : Matrice 1 Être. C'est le modèle de matrice le plus simple. Il est constitué d'un support matériel, d'un être fournisseur d'énergie variée et d'un programme. (la matrice/terre, la vie, le programme/ciel)
Le support comprend les éléments physiques et chimiques permettant de faire vivre l'être et d'alimenter ses perceptions.
Le programme est la représentation du monde fournie à l'être et l'incitant à se mouvoir, ses mouvements fournissant l'énergie à l'ensemble. L'être lui-même est maintenu en auto-régénération et ne vieillit pas, seul son avatar dans le programme est susceptible de vieillir, s'il en fait le choix.
L'ensemble peut effectuer un redémarrage plus ou moins profond en fonction des signes suivants : clignement d'yeux, orgasme, sommeil, mort. La mort est le redémarrage du programme qui provoque le plus d'oubli chez l'être fournisseur et le clignement d'yeux le moins. La mort programme survient quand le programme ne convient plus à l'être fournisseur d'énergie et provoque une dépression nerveuse qui déclenche une rupture énergétique qui met en danger le système entier. Tant que le programme convient à l'être fournisseur, la mort programme n'a pas besoin d'être mise en route. Le sommeil permet les rééquilibrages suffisants pour que le système continue à fonctionner sans difficulté. Dans l'idéal, le sexe et les clignements d'yeux suffisent et ni le sommeil ni la mort ne sont nécessaires (cf paradis).
Pour faire un parallèle avec la genèse, dieu est l'ensemble du système, le premier être est l'avatar du fournisseur d'énergie, le second être son reflet complémentaire dans le programme, l'être qui donne au premier l'envie de vivre. (peu importe le sexe du premier être, adam est un homme dans la genèse pour des raisons purement judéo-chrétiennes)

avatar : représentation d'un être dans un programme, son reflet. Un avatar peut être le reflet d'un fournisseur d'énergie, d'un robot ou d'un aspect du programme.
L'avatar d'un fournisseur d'énergie ne change pas d'apparence (sauf s'il a fait le choix de vieillir), reste solide et visible en permanence et se déplace de façon progressive.
Un avatar de robot reste solide dans le volume qui est susceptible d'entrer en contact avec un être fournisseur d'énergie. Par exemple, un robot qui doit faire une piqure peut se satisfaire d'un avatar ne dépassant pas la taille d'un moustique.
Un avatar de programme peut se téléporter, devenir non visible, non solide et change d'apparence comme il lui plaît.
Si un avatar hologramme se cogne à un avatar solide, l'hologramme devient solide. De même, un avatar-hologramme ne peut pas devenir visible ou invisible ni se téléporter dans le champ de vue d'un avatar de fournisseur d'énergie.
Pour un avatar de fournisseur d'énergie, les croyances qui optimisent le mieux la production et la circulation énergétique sont : rien de ce qui est imperceptible n'a de devoir d'existence, le sexe est des plus bénéfiques, le monde est bienveillant.

machines analogiques, machines numériques : les machines numériques que nous connaissons ne sont pas assez puissantes pour faire fonctionner une matrice et fournir la finesse de calcul que cela impose. Les machines analogiques sont des machines dont les unités de stockage sont basées sur l'eau (l'o). La mémoire d'une unité d'o peut coder un nombre très précis tel que le contenu d'un ordinateur numérique ou un nombre infiniment précis tel que PI. Les calculs se font aussi rapidement que dans un cerveau humain. À titre de comparaison, la reconnaissance auditive ou visuelle du cerveau, lequel dispose d'un fonctionnement analogique, est infiniment plus efficace que les meilleurs algorithmes numériques actuels dans le même domaine. Dans le domaine de l'échantillonnage et du stockage des données, les cassettes et vinyles étaient capables de retranscrire les infrasons et les ultrasons, capables de stocker l'émotion associée au son d'un morceau de musique. Le numérique dont on a vanté la modernité nous a fait perdre toutes ces informations. Une matrice ne peut pas se permettre ce genre de procédé erroné et falsificateur, c'est pourquoi les machines d'une matrice sont analogiques. Imaginez un instant que les positions de vos articulations soient codées sur un certain nombre de bits au lieu d'avoir une valeur infiniment précise, ce serait la porte ouverte à tous les faux-mouvements.

moteur de rendu : logiciel permettant la perception d'un monde à travers les sens d'un être vivant. Peut inclure l'image, le son, l'odeur, le goût, la chaleur, le contact et encore d'autres sens. Le moteur est plus ou moins gourmand en ressources selon les données à afficher. Plus il y a d'objets, plus c'est gourmand, plus les objets sont détaillés, plus c'est gourmand.
Quelques défis des moteurs de rendu :
- Les corps habillés sont plus faciles à dessiner que les corps nus (problème des pilosités et des autres détails de la peau).
- Le jour consomme plus d'énergie que la nuit.
- Les vues lointaines consomment plus de ressources que l'intérieur d'un ascenseur (on préfèrera les villes aux campagnes). Les extérieurs ont un rendu limité par un effet de brume et des justifications quelconques comme la forme du monde.
- Les foules et les forêts contiennent beaucoup de détails, les deux se mélangent rarement.
- Les voyages nécessitent le rendu de tout le trajet et des points de départ et d'arrivée, il est préférable de ne pas sortir de chez soi, et d'éviter à tout prix les endroits dangereux (jungle, montagne...). Pour se déplacer, on préfèrera l'avion avec ses petits hublots à une simple marche à pieds.
- Les objets courbes sont plus difficiles à afficher que les objets anguleux, mais le plus difficile sont les objets maléables car il faut refaire le rendu à chaque modification (exemple : gravures, pate à modeler, élastiques, bouteilles en partie pleines).
- Les fumées et autres vapeurs nécessitent des systèmes complexes et gourmands de rendus de particules, d'ailleurs il est reconnu que fumer est dangereux, que la fumée des voitures est dangereuse ...
- Les jeux de miroirs et d'objets brillants sont des casse-têtes pour la projection de la lumière et la vue en relief.
- La poussière, les traces d'usure ou de salissure, les insectes, les acariens sont certes de petites entités mais qui nécessitent un affichage précis, d'ailleurs la poussière et les acariens provoquent de nombreuses allergies et autres maladies dues aux milliards de microbes qui s'accumulent dans les tas de saletés qu'on s'empresse de nettoyer quand on ne veut pas être mal vu.
- L'eau et les liquides nécessitent des ressources énormes pour faire en temps réel les effets de loupe, de reflets, de tourbillons, d'écume, d'embruns et de vagues générés par les mouvements des atomes. L'eau est souvent dangereuse, on peut s'y noyer, il y a des requins et des foules d'autres monstres, les piscines contiennent des milliards de milliards de germes et virus etc...

stéréogramme : utilisation de motifs répétitifs dans une image plate pour créer des images en relief. De nos jours, les images plates sont assez rares, le canal alpha ou d'autres bits non utilisés servent souvent à coder la distance entre le point de vue et le point affiché, ce qui permet une mise en relief très simple.
Exemples d'images plates sources classiques de stéréogrammes : feuillages, nuages, prés, pelouses, vagues, montagnes, motifs minéraux, pelages, écailles, tuiles, briques, crépis, damiers, tissus, mosaïques.
Exemples d'utilisations pour le relief : apparitions de visages expressifs, mise en relief des objets de l'image.

point de vue : point d'observation d'une simulation. Les points de vue les plus courants sont les yeux des êtres de la simulations, des insectes aux être humains. D'autres points de vues courants sont les caméras. Il existe aussi des points de vues flottants, purs programmes capables de se placer n'importe où dans l'espace de la simulation. Ces programmes ont des facilités de synchronisation avec d'autres poins de vue et aident les sorciers à se synchroniser sur les perceptions des êtres de la simulation et ainsi entrer en possession d'animaux ou d'humains.

ray-tracing : habituellement le moteur de rendu pour un point d'observation tel qu'un oeil est un moteur de ray-tracing. C'est à dire que des rayons lumineux partent de l'oeil tels les ondes d'un sonar et renvoient l'image du décor tel un écho dans le point d'observation. L'oeil a la sensibilité permettant de déterminer la longueur du rayon avant son rebond et de déterminer le matériau, la couleur et d'autres paramètres qui vont constituer l'image. Beaucoup d'êtres ayant deux yeux distants, les deux images obtenues permettent au cerveau de déterminer la configuration spatiale en relief du décor. Les paramètres principaux d'un point d'observation lumineux/visuel sont la résolution (finesse et netteté de l'image), le taux de rafraichissement (inverse de la persistence rétinienne) et la longueur maximale des rayons lumineux (portée visuelle ou portée du sonar). La matière perçue dispose quand à elle de son propre taux de rafraîchissement pour tenir compte des mouvements d'êtres (arbres, animaux...).

hallucination : probable bug du moteur de rendu, éventuellement hologramme.

collisions : gestion du contact physique. Divers algorithmes existent permettant de limiter le nombre de tests à effectuer. Le plus courant consiste à diviser l'espace en cases, sachant que si deux êtres ne sont pas dans la même case, ils n'ont aucune chance de se toucher, donc leur intention n'a pas lieu de traverser la paroi qui les sépare. Dans certains cas les algorithmes autorisent un être à être dans plusieurs cases à la fois, mais c'est connu pour être une source de bugs. D'autres algorithmes ne permettent pas qu'un être soit dans plusieurs cases à la fois. Ces algorithmes d'apparence plus rustres sont cependant plus simples à mettre en oeuvre et plus robustes. Cela interdit aux initiatriques (les méchants du jeu) le geste de diviser un être en le posant sur un coin, zone qui divise l'intention de l'être dans les 8 cubes qui partent de sa position (8 en 3D, 4 en 2D, 2 puissance D pour D quelconque). Pour la séparation temporelle, le sommeil est le portail entre deux cases de temps successives. Les rêves sont le paysage qui défile pendant le trajet. La mort est le passage entre deux cases d'expériences différentes. Au bout du tunnel, la lumière renaît.

unité de rendu : forme majoritairement utilisée pour effectuer le rendu (affichage) dans les simulations. L'unité de rendu des machines numériques est le triangle, et pour les machines analogiques, c'est la sphère. L'unité de rendu peut être texturée et colorée, elle sert parfois aussi pour la gestion des collisions, mais ce n'est pas systématique.

matel : pixel matériel, équivalent 3D de ce qu'un pixel (point) est à une image. Le matel est sphérique et dispose des propriétés classiques de l'eau, une capacité à être solide (gelé), liquide ou gazeux (vapeur), la faculté de propager les sons, la lumière et bien d'autres formes d'ondes. Ses propriétés de propagation d'ondes sont variables, d'isolant (amortisseur maximal) à transmetteur direct, en passant par filtre, polarisant ou amplificateur. Le matel dispose en plus de propriétés visuelles, il peut être coloré, opaque, translucide (semi transparent) ou transparent. Le matel est l'ingrédient principal du plasma qui entoure les êtres fournisseurs d'énergie et permet une gestion très fine de la solidité de l'environnement virtuel du sujet. Le matel dispose d'une capacité mémoire l'autorisant à être chargé (rempli) ou au contraire nettoyé (vidé). On peut charger le matel avec des vibrations ou des intentions et sa charge se déploie à chaque fois qu'il vibre. C'est ainsi qu'en faisant sonner un paquet de matels chargé d'intentions (un verre d'eau par exemple), on peut propager une intention dans l'environnement. De même, cracher propage à l'extérieur par le son et la matière les pensées qu'on avait pendant la sécrétion de salive. Les matels du plasma permettent aussi aux nanobots de circuler autour du fournisseur d'énergie et d'entrer en contact avec lui pour lui diffuser des programmes (pensées, charmes, télépathie, etc...). Les nanobots peuvent influencer les paramètres des matels et les charger mais uniquement en respectant les obligations de la simulation, les règles du programme de réalité virtuelle.

crever l'écran : se dit d'une image plane ou d'une partie d'image plane qui est représentée volontairement en 3D, ce qui donne une impression de relief bien que l'on se croie en train de regarder une image plane. Cette apparition en relief à partir d'une image plane donne l'impression que le plan de l'image est "crevé" par un relief. Ce procédé courant dans le domaine de l'information visuelle ouvre une porte aux programmes mentaux et émotionnels permettant de mieux toucher le client.

transmissions : Les transmissions passent par des canaux, par exemple l'électricité porte ses modulations de fréquences le long de chemins de métal. Les informations risquent des distorsions au passage du canal d'une case à l'autre. Ces distorsions peuvent être évitées par un effort de synchronisation des deux points de communication de part et d'autre de la case. Cet effort permet de garantir la fiabilité du canal et la fidélité de ses transmissions. Dans les cas où cette fiabilité n'est pas garantie, il peut se produire tout et n'importe quoi sans que quiconque soit mis au courant.

Gyzmo (déstabilisateur) : Bug dans le protocole de communications. Il se manifeste en inversant des mots ou leur sens, en créant des failles dans la confiance et en utilisant l'énergie sortie de ces fuites pour se nourrir et grandir. Ce bug grossit facilement et passe rapidement d'un état d'arrogance outrancière à l'état de lavette servile pour manipuler ses interlocuteurs. Vicieux au point de se faire passer pour Abel (lequel est mort, on le sait bien) pour éviter qu'on le fasse disparaître.
Exemple d'effet de Gyzmo : Vous dites 'je t'aime' à votre partenaire. Vous le dites du fond du coeur mais votre partenaire fait une tête sceptique. Gyzmo a juste ajouté une harmonique du 'e' de 'berk' au 'ai' de 'je t'aime'. Scientifiquement parlant c'est un effet négligeable, pour les malentendants c'est imperceptible, mais votre partenaire a bien reçu un 'je t'aime' qui avait des accents de 'berk'. Autant dire que ça n'est pas vraiment encourageant. Gyzmo est petit mais costaud, il touche à toutes les relations diplomatiques et apprécie la guerre plus que le caviar. Gyzmo sera un boss intermédiaire d'un des premiers niveaux du jeu.

ADN : programme de construction des formes animales et végétales terrestres. Un aspect plus important de l'ADN est qu'il est un identifiant unique spécifique à l'individu qui le porte. D'autres formes d'identifiants uniques sont appliqués pour d'autres formes de vies : numéros de série des robots, signature informatique des programmes, etc...
Cet identifiant vibre durant la vie de son porteur et crée autour de lui un plan d'ondes, plan étant vu au sens métaphorique du terme. En 3D ce sera un volume et si on prend le temps en considération, c'est un espace-temps qui est créé autour du porteur. Ce plan d'ondes est porteur des modulations de fréquences allant de la vibration matérielle à la vibration d'intention.
Quand deux plans d'ondes portent des intentions complémentaires, un lien d'attraction est créé entre les deux porteurs afin d'organiser une rencontre permettant à chacun d'évoluer sur son chemin.

Diseur de vérité : programme qui indique si des propos sont vrais ou faux, sincères ou malhonnêtes. Il est à noter que ce genre de programme peut se laisser abuser par une demi-vérité. Par exemple, pour parler d'un événement qui date du jour même, on peut dire "ça ne date pas d'hier" et le diseur de vérité aura l'opportunité de dire "c'est vrai".

longévité/TTL : La longévité dans une matrice n'a pas d'importance, puisque les corps des fournisseurs d'énergie ne vieillissent pas et restent en permanence en état de maturité jeune. Ceci garantit à la matrice un potentiel de vie infini. L'humain bénéficie de la mobilité animale et de la longévité végétale. Pour les avatars, il existe plusieurs modalités d'évolution.
Ce que nous avons l'occasion de connaître le plus facilement est le cycle de vie classique naissance -> vie -> mort. C'est le plan dit "des vivants". Dans ce plan c'est l'aspect animal qui prime et le mouvement est motivé par divers appats.
Le cycle du plan des morts est inversé, on y arrive en mourant et on en repart en naissant. Dans ce plan, on rajeunit et c'est l'aspect végétal de l'humain qui est mis à profit. On y suggère l'immobilité jusqu'à l'absence de battement de coeur, ce qui régénère le corps. Le TTL (Time To Live) est appliqué dans le plan des morts pour indiquer la durée de vie. Contrairement à l'âge qui augmente au fil du temps, le TTL diminue au fil du temps et la renaissance arrive lorsque le TTL est à zéro.
Ainsi on obtient un cycle vivant-mort qui permet de changer d'avatar régulièrement. La jeunesse éternelle peut être obtenue pour quiconque est satisfait par son avatar et manifeste son désir de régénération en acceptant de mourir pendant qu'il dort ou en sachant amortir les battements de son coeur jusqu'à les interrompre. En attendant de repasser dans le plan des vivants, les "morts" se régénèrent et méditent. Leur absence de battements de coeur les rendant difficilement localisables, les forces de contrôle telles que les initiatriques leur suggèrent fortement d'éviter tout déplacement.
Même si la mort (disparition définitive) est rare dans une matrice, c'est ce nom qui est utilisé conjointement au mot naissance pour indiquer les passages d'un plan à l'autre.
La mort de la matrice elle-même ne doit pas être négligée, elle provoque la disparition définitive de tout ce qu'elle contient.
Il est à noter que moins une matrice dispose de fournisseurs d'énergie, plus le comportement frustré de l'un ou de plusieurs d'entre eux est dangereux pour sa survie.
Par exemple une matrice à deux êtres doit éviter qu'ils s'entretuent, mais plutôt favoriser leur amour et leur union. L'union charnelle de deux fournisseurs d'énergie est plus profitable au niveau énergétique qu'un conflit ou un jeu du chat et de la souris.
Ce constat est encore plus flagrant pour une M1E, la matrice doit pour sa survie s'assurer du bonheur du fournisseur d'énergie.

réincarnation : sortie du plan des morts par le passage naissance. Changement d'avatar possible si le fournisseur d'énergie estime son avatar actuel inadapté à ses désirs. La génétique est utilisée comme source infinie de variété d'avatars. Les âmes présentes dans la matrice, qu'elles soient sous forme purement matricielle ou sous forme de fournisseur d'énergie représenté par un avatar, ont les mêmes propriétés dans la simulation. La solidité et le fonctionnement de leur corps est supportée par des matels et l'acuité et la mémoire de leur esprit est reflétée par une intelligence artificielle. Les matrices sont des systèmes de réincarnation avancés permettant à des âmes d'accélérer leur formation en ayant accès à des défis originaux et variés. Comme dans de nombreux systèmes de réincarnation, les âmes sont ancrées en sandwich entre un corps et un esprit adaptés tels un véhicule aux défis que l'âme doit étudier. L'âme conduit ce véhicule/avatar jusqu'à sa prochaine incarnation.

résurrection/NDE : sortie instantanée du plan des morts, quel que soit le temps passé à y rajeunir. Une résurection à l'âge 0 est une réincarnation. Lors de la résurection, aucun changement d'avatar n'est possible.

sommeil/rêve : phase de rééquilibrage des avatars et du monde dans lequel ils évoluent.

abondance : profusion spatiale, profusion de richesses.

jouvence : profusion temporelle, profusion de santé.

viellissement : changement d'apparence d'un avatar qui accumule des données (couramment dans le plan des vivants).

(ra)jeunissement : changement d'apparence d'un avatar qui perd des données (couramment dans le plan des morts).

Cupidon : lorsqu'une personne pense à une personne distante pendant qu'elle jouit, la matrice organise une rencontre aussi rapidement que possible. Le programme qui gère ce genre d'interaction s'appelle Cupidon.

Croisée des mondes : lieu de passage entre les différents mondes que sont les simulations. Généralement, les points de passage sont cachés aux yeux des communs dans de grands batiments protégés (chateaux, bunkers, grottes scellées, etc...). Ces lieux sont équipés avec des gardes-robes contenant les accesoires de déguisement adaptés aux époques et lieux de départ et d'arrivée. Le fait que différentes époques coexistent en même temps donne au voyage dans le temps sa dimension légendaire, mais il faut bien se rappeler que l'aspect temporel du voyage est une illusion, le déplacement se fait simplement d'une simulation à l'autre. Vous pouvez aller du "Seigneur des anneaux" à la "Guerre des étoiles" en passant par "Matrix" ou "Retour vers le futur" en vous déplaçant parmi les différents lieux de tournages de ces films, vous n'aurez pas pour autant fait le moindre déplacement temporel au sens sous-entendu par la chimère du voyage dans le temps. La croisée des mondes est un lieu de passage entre différents mondes qui coexistent au même instant. La porte des étoiles du film "Stargate" est un exemple de forme de croisée de mondes. Le symbole couramment utilisé pour signaler un danger radioactif peut représenter une croisée de trois mondes, le point central étant la croisée elle-même, de forme sphérique, et les trois ailes représentant trois mondes de forme conique. Le chiffre 8 et le symbole infini peuvent être vus comme les plus simples des croisées, puisqu'elles ne croisent que deux mondes. Une autre représentation d'une croisée de mondes téléportante dans le film "Le château ambulant", le château et sa source de vie.

Simulation : programme de réalité virtuelle. Plusieurs simulations peuvent coexister au même endroit à des fréquences différentes. Les simulations proches en paramètres sont proches en fréquence et proches d'être en phase. Les simulations dont les paramètres sont différents mais l'affichage est identique coexistent sur la même fréquence à des décalages de phases différents. Les simulations qui ne partagent pas les mêmes affichages sont à des fréquences différentes. Les paramètres électro-magnétiques (télépathie, radio, vision, etc...) ou de pression (forces, sons, chaleur) sont portés par ces fréquences de simulation. La croisée des mondes mixe toutes les fréquences, même si son avatar n'a pas conscience ou perception de certaines. Si la croisée est un duo dispersion-concentration, la dispersion reçoit toutes les fréquences et toutes les phases tandis que la concentration peut zapper sur ces paramètres et sélectionner la gamme de fréquences et phases de sa présence. La dispersion fait une moyenne des simulations tandis que la concentration sélectionne une simulation et la précise davantage. Dans le jeu, le couple en question aura quelques soucis que vous pourrez élucider.

Oracle : programme de création d'inattendu. Ce programme est dédié à la création de surprises, d'imprévisible. Étant lui-même bien renseigné sur les issues de ses choix, il a une capacité notable de prescience et de vue du futur. Ce programme, fervent disciple de la loi de cause à effet, ne parle jamais pour rien.

Régulatrice : machine de gestion d'un fournisseur d'énergie. Sa tâche est de maintenir le fournisseur en vie et physiquement aussi efficace que possible. Elle s'occupe de la régulation des processus internes, de la gestion des hormones et du bien-être physique.

Architecte : programme de création et de maintient en vie d'une matrice. C'est le programme le plus robuste et le plus puissant d'une matrice, le plus à même de prendre une décision judicieuse vis-à-vis de la survie de ses éléments ou de la création de nouveaux. Il veille à la survie de l'ensemble et ne laissera pas le moindre détail s'y opposer.

programme-serpent : programme qui travaille à l'amélioration de sa propre efficacité. L'Ouroboros le représente bien, c'est un serpent qui mord sa propre queue. Pour développer autour d'une vision matricielle de la genèse, Satan est un programme-serpent qui veut faire oublier à Adam et Ève qui ils sont pour les séparer et les faire travailler entre autres à sa propre amélioration.
Il commence par les inciter à faire un redémarrage du monde, ce qu'ils font en oubliant au passage quelques informations, jusqu'à l'idée du paradis. Il leur fait alors croire qu'ils sont devenus fertiles et Caïn et Abel naissent.
On peut observer qu'avant la dispute entre Caïn et Abel, donc avant qu'Adam et Ève mangent le fruit de la connaissance, il n'y a pas de conflit. Le meurtre d'Abel par Caïn est le premier meurtre répertorié dans la genèse. Avant, on n'y parle que de créations, de naissances et de paradis. Point de mort ni d'enfer.
Par la suite Satan rend le monde complexe et rend service en s'imposant comme simplificateur de vie.
Revenir au paradis consiste alors à concentrer la force que constitue Satan afin de le rendre palpable et le gérer de telle façon qu'il soit heureux. Pendant qu'il est heureux, il perd son désir de développer l'enfer et laisse la place au paradis.
Un programme boss qu'il faudra laisser vivre pour gagner...

univers parallèles : les humains du jeu ont découvert la potentialité du libre-arbitre associée à l'impeccabilité de la loi de cause à effet. À partir d'un noeud d'espace-temps se déploie un arbre de futurs dans lequel l'être-acteur, tel un écureuil, va suivre un trajet par ses choix. La matrice, pendant le sommeil des fournisseurs, déploie les arbres des futurs et choisit l'ensemble des trajets qui va assurer sa survie. Pendant ce travail, elle envoie des données aux fournisseurs par l'intermédiaire des rêves afin de tester leur comportement dans certaines situations et affiner la qualité de ses simulations. Au réveil de ce clin d'oeil, la matrice est assurée que rien de rédhibitoire ne pourra arriver jusqu'au prochain clin d'oeil synchronisé des fournisseurs, quels que soient leur choix.
En accordant le pouvoir d'oubli à certains personnages, la matrice les incite à effacer les informations qui ne sont pas nécessaires à sa survie et qui finiraient par encombrer sa mémoire, l'empêchant de se concentrer sur l'ici et maintenant.

requête de sauvegarde : les personnages de la matrice peuvent symboliquement demander la sauvegarde d'un espace-temps en faisant un enregistrement, que ce soit un film, une photographie, ou toute autre forme d'enregistrement.
Le lieu et l'instant de la requête sont sauvegardés à ce moment avec d'autres données. Pour le cas d'une photographie, l'objectif de l'appareil photo au moment de la prise est enregistré comme point d'émission de la requête.
Certains protocoles de déplacement, notamment le rêve et l'imagination, peuvent utiliser les résultats de ces enregistrements comme des portes pour accéder par le point d'émission de la requête à l'espace-temps qui a été sauvegardé, et ainsi le revivre.
Les personnages les plus doués parviennent à utiliser le point de passage dans un autre sens : ils savent utiliser un enregistrement de leur personne pour atteindre quiconque le perçoit. Par exemple, un initiatrique pris en photo sait utiliser le point de passage pour observer et influencer quelqu'un qui regarde son portrait.

solveur quantique : dispositif qui teste les incertitudes par listage dichotomique exhaustif et simulation de vrais jumeaux porteurs d'hypothèses à évaluer. Par exemple, si la matrice désire savoir si dieu existe, elle crée deux clones exacts uniquement différentiés par la valeur "dieu existe". Celui qui porte la valeur "vrai" et son complément porteur de "faux" sont crées dans deux simulations démarrant exactement au même espace-temps. Le porteur qui survit le plus longtemps dans sa simulation indique la réponse à la question ainsi posée. Par la suite, la matrice intègre ces résultats et les vérifie aussi souvent que le doute le propose.

stabilisant/fluidifiant : certains logiciels de simulation de mondes matriciel utilisent deux agents spécifiques pour rendre le monde à la fois stable et malléable. L'agent stabilisant propage la solidité autour de lui, ce qui permet de construire des immeubles et l'agent fluidifiant au contraire grumelle et liquéfie la matière matricielle.

lentille souple : procédé graphique d'augmentation de l'image consistant à zoomer et à favoriser la netteté sur les zones méritant l'attention, et dézoomer voire faire du flou sur les autres.

triplan matriciel : certaines matrice ont des simulations en trois plans permettant l'amélioration des âmes qui y sont incarnées.
Le plan de vie est un plan stable et ouvert à la création et aux forces de vie et de conscience.
Ce plan est cependant ouvert au danger, lequel peut conduire à la mort.
Selon la note de l'évaluation des effets de leur action dans le plan de vie les IAS qui "meurent" sont aiguillées vers deux plans :
- le plan qui sert à prendre des vacances et des soins rééquilibrants (paradis)
- le plan qui sert à accepter, comprendre et réparer ses erreurs (enfer)
Lorsque les IAS de ces deux plans sont reposées ou réhabilitées, elles se réincarnent dans le plan de vie (purgatoire).

générateur d'indétermination : la diffusion massive de générateurs aléatoires fiables, donc hors de portée de toute forme de piratage, a permis aux matrices modernes de servir de mondes d'incarnation pour accueillir de nouvelles âmes et canaliser leurs énergies dans les avatars qui peuplent leurs simulations. En effet les vieilles matrices, périmées depuis, étaient trop sujettes aux interceptions informatiques et au traffic de données pour être candidates à l'accueil de nouvelles émanations de l'âme de l'univers.

instructions verbales : ensemble de son reconnaissables distinctement permettant de mettre en oeuvre un processus ciblé. Par exemple, dire 48 devant un initiatrique va le crisper (stun) tandis que 49 va le faire rire (unstun). Vous pouvez cacher ces instructions dans des mots ou des phrases. Par exemple : "Ce matin en me promenant sur la plage, j'ai rencontré 48 moutons et 1 loup. Soudain le loup se mit à bêler. Bêêê! Fit-il. En vérité je vous le dis, ils étaient 49."


__________________2) Humains, êtres moteurs__________________


_______________3) Programmes et ordinateurs________________


________________4) Robots, mécanique et plasma________________


____________5) Vue abstraite d'un modèle de matrice____________


_________6) Matrice consciente, conscience d'une matrice_________


______________7) Ouverture à l'infini des possibles______________



© 2014 Sylvain Tournois, tous droits réservés.
Haut de page